Je propose ici la traduction d'un court texte de Bernardo Kastrup sur l'impasse du matérialisme en tant que théorie métaphysique. Bernardo est un ancien chercheur en informatique devenu philosophe des sciences et il expose avec simplicité et clarté les enjeux du débat autour de la conscience, la matière, la réalité, etc. Le texte original en anglais dont le lien est donné ci-dessous contient des liens vers plusieurs autres articles qui développent certains points évoqués.


L’auto-stoppeur illégitime - ou l’impasse du matérialisme
Article original en anglais "Why Materialism is a Dead-End" à lire ici

Nous vivons à l'ère de la science, ce qui a permis des progrès technologiques inimaginables pour nos ancêtres. Contrairement à la philosophie, qui dépend quelque peu de valeurs subjectives et de notre sens du plausible pour traiter les questions, la science pose des questions directement à la nature, sous forme d’expériences. La nature répond ensuite en manifestant certains comportements afin que les questions puissent être traitées de manière objective.
C’est à la fois la force de la science et son talon d’Achille : les expériences nous apprennent seulement comment la nature se comporte, et non ce qu’elle est réellement. De nombreuses hypothèses sur l’essence de la nature sont compatibles avec ses comportements manifestes. Mais bien que ces comportements soient informatifs, ils ne peuvent pas résoudre les questions relatives à l’être, ce que les philosophes appellent "métaphysique". Comprendre l’essence de la nature est  fondamentalement au-delà de la méthode scientifique, ce qui nous laisse avec les méthodes différentes de la philosophie. Celles-ci, aussi subjectives soient-elles, sont notre seul moyen de comprendre ce qui se passe.



Rédigé par Jocelin Morisson le Mercredi 27 Novembre 2019 | Commentaires (2)

Science et Société





Se Souvenir du Futur est une réflexion sur les synchronicités qui fait le lien entre les chamanismes des cinq continents et la physique moderne, en passant par l'oeuvre immense de Carl Gustav Jung. Le livre présente également un protocole simple de création de synchronicités, comprises comme des signes que nous envoie notre meilleur futur.


Se Souvenir du Futur
Serait-il aujourd’hui possible d’accéder à des informations en provenance du futur sous forme de synchronicités, ces petits miracles du quotidien qui nous adressent des messages chargés de sens ? C’est ce qu’affirment les auteurs de ce livre qui réussissent un authentique tour de force en conjuguant des enseignements venus du fond des âges aux connaissances les plus pointues de la science contemporaine.
Dans un temps déployé, notre futur existe déjà mais il n’est pas figé. Il peut changer au gré de nos intentions, à condition de se familiariser avec les mécanismes et les enjeux, et aussi de comprendre que notre libre arbitre est un outil de création.
Déjà mise en oeuvre dans des ateliers pratiques, la méthode révolutionnaire présentée ici repose sur la « rétrocausalité », une influence qui s’exerce à rebours du temps, aujourd’hui reconnue (en tant qu'hypothèse de travail valide) par la physique ! Agrémenté de nombreux exemples spectaculaires, de réflexions approfondies sur la nature de la conscience et servi par un style résolument accessible, ce livre ouvre des perspectives époustouflantes quant à notre condition individuelle et collective.



Rédigé par Jocelin Morisson le Mardi 5 Mars 2019 | Commentaires (0)

je propose ici les premières pages de l'introduction de mon livre ainsi que le sommaire.


L'Ultime Convergence - Quelle spiritualité pour éviter le chaos?



Rédigé par Jocelin Morisson le Mercredi 14 Février 2018 | Commentaires (1)

C’est la question que posent – sérieusement – un nombre croissant de physiciens et quelques philosophes contemporains. Je présente ici les chercheurs et leurs idées à partir d’un article publié en septembre 2016 sur le site de la BBC et qui fait partie du « best-of » des articles du site. J’y ajoute quelques commentaires au passage et des éléments complémentaires.


Elon Musk
Elon Musk
L'article original de la BBC est à lire ici. De plus en plus de physiciens, cosmologistes et philosophes pensent aujourd’hui que nous vivons dans une vaste simulation, à l’instar de la fameuse « matrice » du film éponyme, que nous prenons par erreur pour une réalité physique objective. De même que les ordinateurs permettent désormais de simuler des réalités dites virtuelles de plus en plus réalistes, la réalité tridimensionnelle dans laquelle nous sommes plongés pourrait fort bien relever du même processus, à savoir être la projection d’une réalité plus fondamentale, qui échappe à notre perception ordinaire, celle permise par nos cinq sens.
 
Quels sont les scénarios possibles ?
Pour l’entrepreneur Elon Musk, il y a une chance sur un milliard pour notre réalité soit ce qu’elle semble être. Le spécialiste de l’intelligence artificielle Ray Kurzweil a proposé pour sa part que tout notre univers pourrait être une expérience scientifique réalisée par un simple collégien dans un autre univers. Plusieurs physiciens ont débattu de ce thème en avril 2016 au Muséum d’histoire naturelle de New York. Mais leurs idées ne correspondent pas simplement au « modèle Matrix », car il existe d’autres façons de penser le problème. Le cosmologiste Alan Guth, du Massachussetts Institute of Technology, a suggéré que notre univers dans son ensemble pourrait être réel tout en procédant d’une espèce d’expérience scientifique, c’est-à-dire qu’il aurait été créé par une super-intelligence. Selon Guth, rien n’exclut par principe qu’il soit possible de fabriquer à partir d’un big-bang artificiel un univers qui serait rempli de vraie matière et d’énergie. Ce nouvel univers créerait sa propre bulle d’espace-temps, séparée de celle dans laquelle il a éclos. Cette bulle se couperait rapidement de son univers parent et perdrait contact avec lui. Ce scénario ne change pas grand-chose pour nous, car même si notre univers est né dans une espèce d’éprouvette manipulée par un super-être, il serait tout aussi « réel » que s’il était né « naturellement ».
Un second scénario est proposé, et c’est celui qui retient davantage l’attention car il semble compromettre l’idée que nous nous faisons de la réalité. Pour Musk, il est envisageable que nous soyons des êtres entièrement simulés, c’est-à-dire que nous serions des chaines d’information (des lignes de code) dans un immense ordinateur, comme les personnages d’un jeu vidéo. Nos cerveaux eux-mêmes étant simulés, ils répondent à des stimuli sensoriels simulés. Dans cette conception, il n’y a pas de « matrice » dont il faudrait s’extraire. C’est là que nous vivons et c’est notre seule chance de vivre (en tout cas sous cette forme physique). 



Rédigé par Jocelin Morisson le Samedi 16 Septembre 2017 | Commentaires (8)

1 2 3 4 5
Profil
Jocelin Morisson
Jocelin Morisson
Blog animé par Jocelin Morisson, journaliste scientifique, auteur et traducteur.
Thèmes: Science - Philosophie - Spiritualité

Merci à Lilou
morisson@club-internet.fr




Flux RSS


Partager ce site


     

Suivez-nous
Facebook